Intervention sur l'amendement Accoyer lors du débat du projet de loi relatif à la politique de santé publique

Jack RALITE Groupe Communiste Républicain et Citoyen Sénateur de Seine-Saint-Denis ________ Paris, le 19 janvier 2004 Intervention sur l'amendement Accoyer lors du débat du projet de loi relatif à la politique de santé publique Avant d'examiner l'extrême gravité de l'amendement Accoyer, je voudrais donner une de mes sources et ressources de réflexion, la création artistique. « Toute créature est une clef des autres. » disait Hoffmannstahl. « La pensée avant d'être œuvre est trajet » lit-on dans « Poteaux d'angle » de Michaux. « Possédée d'une chanson jamais chantée » écrit Aragon sur Bérénice...Lire la suite

COMMENT SE SORTIR DES ESPIÈGLERIES FREUDIENNES

COMMENT SE SORTIR DES ESPIÈGLERIES FREUDIENNES ? Ou COMMENT LIQUIDER LE TRANSFERT A FREUD ? Préambule Il ne faut pas perdre de vue que Freud était un fin stratège, et ceci en vue d'implanter la psychanalyse en tant que discipline autonome et non pas comme prolongement d'une autre discipline. C'est ainsi qu'il affirme avec force que La Weltangschauung (approche du monde) analytique est singulière et originale. Il se sert bien évidemment des apports de la psychiatrie de l'époque (Charcot par exemple) puisqu'il est médecin neurologue… Freud n'a jamais été psychiatre, mais sa métapsychologie s'...Lire la suite

Main basse techno-psychiatrique sur le marché de la parole du sujet

Main basse techno-psychiatrique sur le marché de la parole du sujet ? Michel Berlin Le psychanalyste laïque et le psychologue clinicien ne pourront-t-ils désormais s'autoriser dans l'exercice de leur discipline respective : la psychanalyse et la psychologie clinique, que d'une prescription psychiatrique? Tous les analysants et les sujets qui s'adressent à un psychologue pour leur difficulté et souffrance psychologiques seront-ils considérés par la loi comme des objets et des malades mentaux sous tutelle, relevant de la psychiatrie? Si parler, peindre, écrire, constituent parfois et de...Lire la suite

Du côté de chez Freud

Du côté de chez Freud Excursion disciplinaire** Gérard Engrand* Dans cette parution entièrement vouée à l'architecture (en tout cas aux arts), nous voudrions tenter une excursion, un détour par l'invention de la psychanalyse comme discipline. Sans prétendre bien sûr apporter quelque leçon que ce soit. S'offrir simplement l'opportunité – le temps d'une parenthèse – de « penser d'un dehors »* 22 . Deux sens du mot discipline dominent aujourd'hui dans le langage courant : - Les divers domaines (branches) de la science (la chimie, la psychologie) ; - Les règles de conduite commune à un groupe, à...Lire la suite

Trouver ou retrouver la confiance perdue

Trouver ou retrouver la confiance perdue. Le premier bilan que l'on peut tirer après la rencontre entre les associations psychanalytiques et le ministre Jean François Mattéi, n'est pas brillant. Premier point négatif, le sentiment d'une volonté de dissimulation de la part des représentants des associations psychanalytiques et leur souhait de négocier, et de négocier seuls, en douce, avec les cabinets ministériels de problèmes qui concernent l'avenir de la psychanalyse. On y apprend que des négociations se sont tenues depuis des semaines avec le ministre sans que l'on n'en sache rien, qu'un "...Lire la suite

LE SYMPTOME « PSY »

LE SYMPTOME « PSY ». La situation actuelle montre que se constitue allègrement un symptôme parmi les psychanalystes. En effet, la réalité actuelle ne devrait préoccuper non pas celle des psychanalystes mais celle des psychothérapeutes. Ceux-ci, organisés en fédérations puissantes, voudraient être assimilés aux psychanalystes, parlant par exemple de psychothérapie personnelle comme formatrice à l'instar de l'analyse didactique qui oriente vers un désir de l'analyste qui, lui, pour le moins n'a rien à voir avec l'usage de l'institution que font les psychothérapeutes pour se définir et être...Lire la suite

Le Ministre de la santé le Pr Jean-François Mattéi et les psychanalystes. La réponse des associations psychanalytiques à Élisabeth Roudinesco

Le Ministre de la santé le Pr Jean-François Mattéi et les psychanalystes Madame et Messieurs, Marilia Aisenstein (Société psychanalytique de Paris), Gérard Bazalgette (Quatrième Groupe), Patrick Guyomard (Société de Psychanalyse freudienne), Claude Landman (représentant Analyse freudienne, Le Cercle freudien, Le Coût freudien), Charles Melman (Association lacanienne internationale), Jacques Sédat (Espace analytique) présents à la réunion du 12.12.03 avec le Ministre de la santé, le Professeur Jean-François Mattéi, nous font parvenir la réponse suivante à l'interview de Madame Elisabeth...Lire la suite

Leçon..

Leçon… A l'heure où nos politiques témoignent d'un certain goût pour la réglementation des psychothérapies - et de la psychanalyse - en France, il me paraît opportun de faire un retour sur ce qui se passe au Royaume-Uni… Et si, dans un premier temps, mon souci était de faire une sorte d'état des lieux de la situation sur un mode documentaire (j'allais dire journalistique, en “oubliant” combien sont généralement orientées les informations délivrées par les médias), la lecture du Rapport rédigé par le Groupe de Travail délégué pour permettre à l'UKCP de se positionner quant à l'usage du terme...Lire la suite

Les réactions des psychanalystes à l’article de loi 18 quater sur les psychothérapies

Jean PERROY le 23 novembre 2003 Les réactions des psychanalystes à l'article de loi 18 quater sur les psychothérapies Rappel - En 2001, les associations de psychanalyse ont répondu par une action concertée au projet de reconnaissance légale d'une profession de psychothérapeute, revendiquée par les fédérations de psychothérapie. Le projet de Mme Gilot, repris par Kouchner, s'inspirait alors de la proposition de loi du député vert Marchand, de préférence à la proposition du député UMP Accoyer, jugée « très restrictive ». L'action conjuguée des psychanalystes, des psychiatres et des psychologues...Lire la suite

à quel titre ?

Jean-Michel Louka D'UN TITRE ? 55 Tout analyste est mis à chaque instant, à chaque séance, à l'épreuve de n'être qu'objet - objet de l'analysant . Un objet, cependant paré des plumes du sujet supposé savoir. Un objet, néanmoins, réduit à son semblant. Et l'analyste se soumet à cette épreuve d'une position telle qu'il « … ne s'autorise que de lui-même ». (Lacan, Acte de fondation de l'EFP, 21 juin 1964). D'y ajouter « … et de quelques autres » (Lacan, Séminaire Les non-dupes errent, séance du 9 avril 1974) supplémente assurément quelque chose du « s'autoriser », mais ne complémente en rien la...Lire la suite

Pages