pause

Pause

Pause : Il est temps pour chacun d’entre nous de faire enfin une pause après ces deux premiers trimestres éprouvants. Il y a eu certes la pandémie qui, à l’heure où j’écris, est loin d’être terminée et où la crainte d’un retour à l’automne est une éventualité que l’on ne saurait ignorer, mais à Paris et sans doute dans d’autres villes les grèves et les divers mouvements sociaux qui ont agité le pays, ont rendu l’exercice des professions du soin particulièrement épuisantes. Il n’y eut pas que des effets néfastes à tous ces soubresauts. La planète a respiré comme jamais donnant une image...Lire la suite

Retour de la censure

Céline Masson Directrice du Réseau de recherche sur le Racisme et l’Antisémitisme, Centre d'Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits (CHSSC), psychanalyste, professeur à l’Université de Picardie Jules Verne, présidente de l’Association française de recherche sur les processus de création, Pandora, auteur de La fonction de l’image dans l’appareil psychique chez Erès. Suzanne Ferrières-Pestureau Psychanalyste, membre de Pandora, auteur de La violence dans l’art aux éditions du Cerf Régine Waintrater Psychanalyste, anc. Maître de Conférences à l’Université de Paris, membre de Pandora...Lire la suite

Pour déconfiner la psychanalyse. lettre ouverte à mes collègues

Pour déconfiner la psychanalyse Lettre ouverte à mes collègues Peut-être la crise du coronavirus vient-elle avec plus de vigueur encore interpeller les pratiquants de la psychanalyse. Pourtant, depuis le Livre noir, il y en eu des interpellations. Au delà d’y percevoir la seule mauvaise foi, quelques collègues y ont bien repéré un symptôme à penser et nous ont apostrophé : « Psychanalystes qu’avons-nous fait de la psychanalyse ? » (Merci A. Millet). Ce fut jugé « intéressant », fit l’objet de quelques colloques avant que chacun retourne à son cabinet. Dommage. Nous avons continué de...Lire la suite
déconfinement astérix

Éditorial : Déconfinement ?

« L’avenir appartient à ceux dont les ouvriers se lèvent tôt » Coluche « Nous vaincrons par ce que nous sommes les plus forts » Paul Reynaud Ministre des finances Septembre 1939 » Il y a comme cela des phrases qui vous restent en mémoire. En quelques mots tout est dit même et surtout lorsque la suite vient en révéler la saveur. Cette brièveté fait un étonnant contraste avec les flots de paroles et d’écrits qui déferlent en ce moment. Certes on n’entend pas beaucoup les psychanalystes et c’est tant mieux cela leur évite de dire des bêtises ce dont ils sont coutumiers. Peut-être est-ce là au...Lire la suite
virus

la méthode scientifique

La méthode scientifique ? L’épidémie de coronavirus se maintient et se développe en France et dans le monde, en particulier au sein de la population dite instruite de ce que représente une démarche scientifique. Vous savez bien un truc qui parle de nombre de cas étudiés, de temps nécessaire à l’évaluation des résultats, de fiabilité de la méthode et des pourcentages de faux positifs, de complexité de l’étude étant donné les différents facteurs entrant en jeu, j’en passe. Et pour peu que l’on suive de près les données très compliquées à comprendre même avec un solide bagage scientifique, on ne...Lire la suite
confinement

Prenez vos distances

TRIBUNE Le malheur du monde Pour la distance de précaution. Contre la distanciation sociale « Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. » écrit Albert Camus dans Poésie 44 un essai paru en 1944, durant la Deuxième Guerre mondiale. L’objet en question est à définir comme un objet philosophique, c’est-à-dire le résultat d’une activité de la pensée, que le sujet se préoccupe du monde ou de lui-même. S’agissant de l’expression « distanciation sociale », calque de « social distancing », on ne peut que regretter le coupable empressement avec lequel elle s’est illustrée dans les...Lire la suite

un courrier de Miren Arambourou

Chers collègues, Je ne doute pas que chacun ait trouvé comment maintenir le lien avec ses patients et soutenir le champ transférentiel dans ces circonstances étranges. Pour ma part, j’ai proposé des séances par téléphone aussi souvent que c’était possible (sauf avec les enfants) et je constate chaque jour combien il était important d’insister. Certains patients qui avaient tant de mal à faire avec la vie ordinaire, même aménagée, puisent dans leurs expériences de survivance aux traumas des capacités étonnantes pour faire face à cet actuel. Dans les réseaux d’écoute bénévole des soignants, on...Lire la suite
réanimation

Choisir ?

« Nous avons malgré tout réussi à ne pas faire de triage, nous n’avons abandonné personne » Yves Cohen Chef du service de réanimation de l’hôpital d’Avicenne. Quand on diffuse une information durant ces périodes troublées, qu’elle provienne d’une autorité médicale où politique, ou de quelque autorité que ce soit, chacun est bien conscient ou devrait l’être qu’il faut faire un choix, dire la vérité et provoquer des réactions douloureuses voire incontrôlables, mentir, mentir un peu, beaucoup énormément ? cela, bien entendu, conduit chacun à se demander ce qui est vrai, ce qui est faux, tout est...Lire la suite
nous sommes tous des fous dangereux

le point sur la psychiatrie

Saurons-nous traverser la catastrophe pour nous réinventer, et rester vivants ? P. Chemla « Du reste, le docteur Rieux, par exemple, considérait que c’était cela le malheur, justement, et que l’habitude du désespoir est pire que le désespoir lui-même. Auparavant, les séparés n’étaient pas réellement malheureux, il y avait une illumination qui venait de s’éteindre. À présent, on les voyait au coin des rues dans les cafés ou chez leurs amis, placides et distraits, et l’œil si ennuyé que, grâce à eux, toute la ville ressemblait à une salle d’attente. » La Peste. Albert Camus Le printemps nous...Lire la suite
la peste

coronapsy (suite)

« - Savez-vous, lui dit ce dernier que le département n’a pas de sérum ? - Je sais. J’ai téléphoné au dépôt. Le directeur est tombé des nues. Il faut faire venir ça de Paris » « La plupart étaient surtout sensibles à ce qui dérangeait leurs habitudes. Ils étaient agacés ou irrités et ce ne sont pas là des sentiments que l’on peut opposer à la peste » A. Camus La Peste Tout d’abord, merci à tous ceux qui ont eu la gentillesse de répondre à mon invitation. Je rappelle qu’ils peuvent, s’ils le souhaitent ajouter leur commentaire à la suite du texte qui figure sur le site en page d’accueil. Pour...Lire la suite

Pages