Pour déconfiner la psychanalyse. lettre ouverte à mes collègues

Vincent Magos
0

Pour déconfiner la psychanalyse Lettre ouverte à mes collègues   Peut-être la crise du coronavirus vient-elle avec plus de vigueur encore interpeller les pratiquants de la psychanalyse. Pourtant, depuis le Livre noir, il y en eu des interpellations.

Éditorial : Déconfinement ?

Laurent Le Vaguerèse
0

« L’avenir appartient à ceux dont les ouvriers se lèvent tôt » Coluche « Nous vaincrons par ce que nous sommes les plus forts » Paul Reynaud Ministre des finances Septembre 1939 »   Il y a comme cela des phrases qui vous restent en mémoire. En quelques mots tout est dit même et surtout lorsque la suite vient en révéler la saveur. Cette brièveté fait un étonnant contraste avec les flots de paroles et d’écrits qui déferlent en ce moment. Certes on n’entend pas beaucoup les psychanalystes et c’est tant mieux cela leur évite de dire des bêtises ce dont ils sont coutumiers. Peut-être est-ce là au fond le principe du fameux silence de l’analyste sur lequel tant a été écrit. Malheureusement ils se rattrapent en écrivant des livres que personne ne lit plus tant ils sont, sauf exceptions, sans intérêt.  

déconfinement astérix

la méthode scientifique

Laurent Le Vaguerèse
0

La méthode scientifique ?   L’épidémie de coronavirus se maintient et se développe en France et dans le monde, en particulier au sein de la population dite instruite de ce que représente une démarche scientifique. Vous savez bien un truc qui parle de nombre de cas étudiés, de temps nécessaire à l’évaluation des résultats, de fiabilité de la méthode et des pourcentages de faux positifs, de complexité de l’étude étant donné les différents facteurs entrant en jeu, j’en passe. Et pour peu que l’on suive de près les données très compliquées à comprendre même avec un solide bagage scientifique, on ne peut que saluer le courage des chercheurs dans leur tentative pour maintenir la rigueur du raisonnement à un niveau élevé et à un niveau suffisant d’incertitude pour que, pour ma part, je ne désespère pas complètement de mes concitoyens et surtout des plus instruits.  

virus

Prenez vos distances

Joël Des Rosiers
0

TRIBUNE    Le malheur du monde Pour la distance de précaution. Contre la distanciation sociale  

confinement

un courrier de Miren Arambourou

Miren Arambourou
2

Chers collègues, Je ne doute pas que chacun ait trouvé comment maintenir le lien avec ses patients et soutenir le champ transférentiel dans ces circonstances étranges. Pour ma part, j’ai proposé des séances par téléphone aussi souvent que c’était possible (sauf avec les enfants) et je constate chaque jour combien il était important d’insister. Certains patients qui avaient tant de mal à faire avec la vie ordinaire, même aménagée, puisent dans leurs expériences de survivance aux traumas des capacités étonnantes pour faire face à cet actuel. Dans les réseaux d’écoute bénévole des soignants, on ne reçoit pas énormément de demandes. Les personnels des maisons de retraite, des centres d’accueil pour handicapés, des hôpitaux psychiatriques etc sont acculés à faire preuve d’une immense créativité pour poursuivre leur tâche en dépit de la pénurie dramatique qui leur est imposée : la nécessité d’agir décharge temporairement l’angoisse à l’idée de la contagion à laquelle ils sont exposés sans protection. J’imagine que nous aurons, après la levée du confinement, à accueillir bien des effondrements. 

Choisir ?

2

«  Nous avons malgré tout réussi à ne pas faire de triage, nous n’avons abandonné personne » Yves Cohen Chef du service de réanimation de l’hôpital d’Avicenne.  

réanimation

le point sur la psychiatrie

Laurent Le Vaguerèse
1

Saurons-nous traverser la catastrophe pour nous réinventer, et rester vivants ? P. Chemla       « Du reste, le docteur Rieux, par exemple, considérait que c’était cela le malheur, justement, et que l’habitude du désespoir est pire que le désespoir lui-même. Auparavant, les séparés n’étaient pas réellement malheureux, il y avait une illumination qui venait de s’éteindre. À présent, on les voyait au coin des rues dans les cafés ou chez leurs amis, placides et distraits, et l’œil si ennuyé que, grâce à eux, toute la ville ressemblait à une salle d’attente. »

nous sommes tous des fous dangereux

coronapsy (suite)

0

« - Savez-vous, lui dit ce dernier que le département n’a pas de sérum ? - Je sais. J’ai téléphoné au dépôt. Le directeur est tombé des nues. Il faut faire venir ça de Paris » « La plupart étaient surtout sensibles à ce qui dérangeait leurs habitudes. Ils étaient agacés ou irrités et ce ne sont pas là des sentiments que l’on peut opposer à la peste »   A. Camus La Peste       Tout d’abord, merci à tous ceux qui ont eu la gentillesse de répondre à mon invitation. Je rappelle qu’ils peuvent, s’ils le souhaitent ajouter leur commentaire à la suite du texte qui figure sur le site en page d’accueil.   Pour résumer les réponses que j’ai reçues je dirai qu’un certain nombre d’entre vous a simplement répondu qu’ils étaient d’accord. D’autres ont émis des réserves ou des remarques qui résument bien les considérations qui peuvent entrer en jeu dans nos décisions et que je partage pour l’essentiel à des degrés divers.  

la peste

un texte et une question

Massimo Recalcati
2

Bonjour à tous,

 coranopsy 3 oiseau en cage

Dolto pédophile? sans blague

Laurent Le Vaguerèse
3

Dolto pédophile ! sans blague.   Tout d’abord, une invitation, celle de revoir l’interview que j’ai faite de Caroline Eliacheff au sujet de son livre sur Dolto. : https://www.oedipe.org/prixoedipe/2019/livre/francoise-dolto-une-journee-particuliere-0     Ensuite, une surprise. Celle de voir le Canard Enchainé être à l’origine d’une rumeur qui montre une totale méconnaissance de l’œuvre de Françoise Dolto. C’est plus inquiétant que le reste, car c’est un journal qui garde pour ceux de ma génération un certain crédit. Donc, pour survivre aux réseaux sociaux, il faut apparemment se conduire de la même façon ? Être dans la dénonciation, le jugement à l‘emporte-pièce, l’amalgame, et suivre, voir provoquer la vindicte populaire dont on sait la propension à prendre des vessies pour des lanternes ?    

Françoise Dolto

Pages