ANALYSE COMPARATIVE PROJETS DÉCRET (10/01-7/04) ARTICLE 52

ANALYSE COMPARATIVE PROJETS DÉCRET (10/01-7/04) ARTICLE 52 Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de la Santé et des Solidarités et du ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Vu le code de la santé publique, notamment les articles L.4111‑1 et suivants; Vu la loi n° 85‑772 du 25 juillet 1985 modifiée portant diverses dispositions d'ordre social, notamment son article 44; Vu la loi n° 2004‑806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment son article 52 relatif à l'usage du titre de psychothérapeute; Vu le code de l'...Lire la suite

Rene Major - IHEP.fr _ 21 avril 2006 au Ministre de la Sante / Lettre ouverte

Docteur René Major 23, quai de Bourbon 75004 Paris 0146336876 [ www.ihep.fr ] Paris, le 21 avril 2006 Monsieur Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités 14, avenue Duquesne 75007 Paris Monsieur le Ministre, Je vous remercie de votre réponse à mon courrier précédent du 7 mars 2006, relatif au projet de décret, en date du 10 janvier 2006, d'application de l'article 52 de la loi du 9 août 2004, relatif à l'usage du titre de psychothérapeute. Le nouveau projet de décret que vous avez communiqué le 7 avril [2006] étant disponible dès l'après-midi sur des sites de l'Internet, j'ai pu...Lire la suite

L'intrusion du médicament affublé des insignes de la Loi

Ce texte a soutenu une communication au cours de journées d'étude intitulées : « Jeux Interdits » dans le cadre de travaux sur les toxicomanies. Plusieurs correspondants m'ont assuré de son actualité qui me convainct de le proposer aux lecteurs d'aujourd'hui. En matière de préambule à ce texte il m'a semblé utile de préciser ceci : Il est question de classer le Subutex parmi les stupéfiants. Permettre un accès entièrement libre à ce produit pourrait être aussi une bonne idée...mais sans doute trop audacieuse pour être examinée. Pourtant on sait comment en Angleterre les pouvoirs publics...Lire la suite

Merci !

Merci ! À tous ceux et à toutes celles qui ont signé l’appel que j’ai lancé sur le site Œdipe le 10 mars . En trois semaines il a recueilli plus de 2700 signatures individuelles et le soutien de plus de 40 associations de psychiatres, de psychologues, de psychanalystes, de psychothérapeutes, d’enseignants de l’Université et de collectifs d’étudiants contre le projet de décret relatif à l’article 52 . Nul doute que l’écho de ces signatures n’ait résonné dans couloirs du ministère. Cet appel a aussi eu pour effet de faire comprendre à toutes les professions en charge de la souffrance psychique...Lire la suite

Zéro de conduite pour le directeur de l'Inserm : les organisateurs de la pétition s’expliquent devant les journalistes

À la table pour répondre aux questions de la presse se trouvaient réunis mardi 21 mars un certain nombre de spécialistes compétents en matière de prise en charge psychologique et psychiatrique des enfants. Les auteurs de la pétition s'avérant nettement plus représentatifs de la réalité de la clinique que les « experts » qui – à la demande de l'Inserm - ont soi - disant épluché la « littérature internationale » sur le sujet. Pierre Suesser pédiatre Vice Président du Syndicat des Médecin Médecin de PMI , François Bourdillon Professeur de santé publique à la Salpétrière, Bernard Golse Chef de...Lire la suite

Lettre de René Major à Xavier Bertrand

Psychanalyse / Science politique, Droit » 7 mars 2006, Lettre ouverte au ministre de la Santé rendue publique et diffusée le 14 mars 2006 sur les mesures d'application de l'article 52 de la loi du 9 août 2004, relatif à l'usage du « titre de psychothérapeute » En raison de la teneur de raisonnement en particulier juridique de cette lettre ouverte, le nombre de signataires importe peu, tandis que ce nombre importe s'agissant de pétitions d'intérêt connexe comme celle « Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans » ( http://www.pasde0deconduite.ras.eu.org/ ). Les personnes intéressées...Lire la suite

Les faits et les fantasmes . À propos d'une affaire de parricide .Le juge et l'expert psy .

Le texte qui nous est proposé par Daniel Boulet, a pour but d'alimenter le débat et la réflexion de chacun à propos de la question des expertises psychologiques et psychiatriques requises notamment dans les affaires criminelles dont le procès d'Outreau est un exemple Cette question a amené un débat sur le forum « Une politique pour la psychanalyse » , débat nécessaire et que diverses réflexions viendront alimenter sur le fond dans le « Petit Journal ». Le terme « psy » utilisé par D.Boulet dans son texte appellerait bien des remarques. Il était particulièrement prisé à l'époque de la parution...Lire la suite

Verbatim de la rencontre du 21 Février (Version augmentée et corrigée)

RÉUNION DU 21 février 2006 ORGANISÉE PAR LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ EN VUE DE LA RÉDACTION DES DÉCRETS D'APPLICATION SUR L'USAGE DU TITRE DE PSYCHOTHÉRAPEUTE. Verbatim+ Rédigé par Philippe Grauer L'introduction du texte intégral des interventions de Lilia Mahjoub — qu'on trouvera aux pages 16-17 et 20, complète le texte de ce Verbatim de façon substantielle. Ainsi nous disposons à présent d'une édition de référence plus satisfaisante. Pour éviter la confusion avec la précédente elle se voit nommer Verbatim +. Ce 28 février. PHG Étaient réunis pour cette deuxième confrontation, après celle du 10...Lire la suite

Appel des psychanalystes belges

FABP – FBPV Fédération des associations belges de psychanalyse - Federatie van belgische psychoanalytische verenigingen Lettre ouverte - Open brief Signer la lettre ouverte Lettre ouverte à Monsieur le Ministre Rudy Demotte, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé Publique. Ce 22 février 2006. Monsieur le Ministre, Vous préparez actuellement un projet de loi relatif à la réglementation des professions de santé mentale et plus particulièrement du titre de psychothérapeute. La Fédération des Associations belges de Psychanalyse comprend vos préoccupations en matière de santé mentale et...Lire la suite

Handicaper la souffrance humaine

Par Ignacio Gárate Martínez 2 * Ne m'endormez pas Docteur ! Elle avait perdu son mari, c'était un moment difficile ; l'homme ne l'avait pas rendue heureuse ; la vie leur avait imposé à tous deux la contrariété de l'enfance, le déchirement de l'exil et les traces : l'insatisfaction que l'on noie, lui dans l'ivresse, elle dans l'amertume et le silence. Elle avait perdu son mari, c'était une nouvelle respiration de la vie ; après l'apaisement de l'âge, l'habitude des gestes quotidiens, le départ de ces témoins âpres au gain d'amour que sont les enfants ; elle se retrouvait, une fois de plus,...Lire la suite

Pages