Marie Rivière dans « la peau d'Elsa »

La peau d'élisa avec Marie Rivière

Autres critiques de l'auteur

"La loi de Téhéran" et "Drive my car"

  « Drive my car » et « la loi de Téhéran. »   Cette rentrée cinématographique...

Lire la suite

"élémentaire" au Théâtre de la Tempête; Laurent Le vaguerèse

élémentaire

Ce n’est certes pas la première fois,  que ce soit au théâtre ou au cinéma, que l’on prend pour sujet ce qu’il advient lorsqu’un adulte nommé enseignant, instituteur, professeur des écoles ou autre se coltine avec une classe que ce soit au collège ou dans les classes...

Lire la suite

Léonard de Vinci : Une exposition et quelques remarques

Sainte Anne

Léonard de Vinci : une exposition et quelques réflexions   En sortant de l’exposition qui se tient au Louvre en ce moment, j’ai rapidement jeté un œil sur les divers documents proposés pour compléter cette visite. S’y trouvait comme de coutume les numéros...

Lire la suite

Pages

Pour voir, entendre, apprécier Marie Rivière dans « la peau d’Elsa » il faut monter au « paradis » cette toute petite salle qui vient d’ouvrir au Théâtre du Lucernaire. Marie vous accueille et vous prend par la main pour vous raconter une histoire d’amour. Que dis-je ? non pas une mais plusieurs histoires d’amour. Avec son partenaire Jonathan Hume, Marie nous entraîne dans sa mémoire. Elle nous regarde dans les yeux. Pas possible de lui échapper. Pas moyen de se cacher dans la pénombre, de se noyer dans l’obscurité ou la multitude. Le public est comme à une soirée entre amis où l’on se décide, l’heure tardive aidant, à se risquer à la confidence. On oublie demain, on pense seulement au bonheur du partage par la parole.

À quoi ça sert tout ça ? À quoi ça sert de se parler, à quoi ça sert de raconter des histoires d’amour ? On vous en laisse la surprise. Cela se joue du mardi au samedi à 19h. Il vaut mieux réserver.

Le Lucernaire. 53, rue Notre Dame des Champs 75006

01 45 44 57 34