Internet et paranoïsation des rapports sociaux.(2002!)

Autres articles de l'auteur

MANIFESTE POUR UNE PSYCHOPATHOLOGIE CLINIQUE NON STATISTIQUE/ + english version

MANIFESTE POUR UNE PSYCHOPATHOLOGIE CLINIQUE NON STATISTIQUE   Par le présent texte, les professionnels et organisations signataires, se prononcent en faveur de critères cliniques de diagnostic, et par conséquent à l'encontre de ce qui est imposé...

Lire la suite

À QUEL TITRE ? DSK, La société du spectacle et la démocratie

À QUEL TITRE ? DSK, La société du spectacle et la démocratie Sur l’ « affaire DSK », j’ai bien...

Lire la suite

Bravo !

Bravo ! Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), a salué mardi la parution au Journal officiel d'un décret...

Lire la suite

Pages

En remuant quelques vieux papiers j'ai retrouvé ce texte qui date quand même de 2002. Cela faisait déjà un certain temps qu'oedipe était sur la toile après l'avoir été pendant 10 ans! sur le Minitel et que je me faisait moquer par tous ceux encore nombreux à l'époque qui pensaient qu'internet serait un truc passager, un gadget en quelque sorte, et que je me faisait traiter de tous les noms par ceux qui disaient que je voulait faire de la psychanalyse sur internet ou tout simplement qui m'ignoraient superbement.; Donc, ce texte date de 17 ans. Je le trouve pas si mal. Il a un peu vieillit mais pas tant que ça.Je le laisse tel quel. A vous de juger.
LLV

 

Discussion Machine à Lire le 25 Mai 2002

 

Laurent Le Vaguerèse, sur l'invitation de TRAIT à partir de l'ouvrage :

Surfer avec FREUD »

« L’inconscient vient donc au jour dans le dire, alors que dans le dit,

la vérité du sujet se perd pour n'apparaître que sous le masque du sujet

de l'énoncé où elle n'a donc pas d'autre issue, pour se faire entendre,

qu'à s'y mi-dire »

 

Écrits pp 834 positions de l'inconscient

 

Internet et paranoïsation des rapports sociaux.

 

Bonjour et merci d'être venu pour accueillir le parisien que je suis

afin de parler ensemble de ce qui constitue pour certains une révolution

et pour d'autre un gadget à savoir le développement du réseau internet.

 

Ce terme de révolution a fait un temps gloser Lacan au cours des

séminaires qu'il a tenus pendant l'année 1968 durant de ce que l'on

nomme avec précaution « les événements de mai ».

 

C'est vrai que révolution cela fait pirouette et retour à la case

départ. Cependant, s'il faut prendre des précautions avec le discours des

zélateurs, les analystes eux ont tendance à se réfugier derrière ce genre d'

aphorisme pour masquer leur

difficultés à aborder un domaine nouveau.

 

Internet donc, c'est ce qui nous a occupés toute la matinée, serge Bédère,

l'association « Trait » et moi-même, ce n'est ni tout à fait différent ni

tout à fait du déjà connu, c'est un objet à penser.

 

 

Si vous disposez d'une connexion internet, la première chose dont vous avez

pu disposer c'est d'une « boîte aux lettres » et d'une adresse e-mail ou

un courriel comme disent joliment nos amis canadiens toujours plus

prompt que nous à défendre la langue française. Grâce à ce courriel vous

voilà en mesure de pouvoir écrire et recevoir des messages en provenance

du monde entier. Devant cette perspective chacun réagit à sa façon. Il y

a ceux qui sont confiants dans l'humanité et qui voient s'ouvrir devant

eux de multiples perspectives réjouissantes comme celle de rester en

contact avec des parents résidant à l'étranger ou de recevoir des

messages venant de parfaits inconnus mais dont l'intérêt est précisément

qu'ils soient loin et qu'ils le restent ce qui peut autoriser plus

facilement

la confidence.

 

Il y a aussi les inquiets. Ils se méfient et ils n'ont sans doute pas

tout à fait tort. Ils manifestent leur inquiétude par des comportements

de prudence mais une prudence qui est tournée vers un danger qu'ils

ignorent en fait. Ils voient des risques la ou ils ne sont pas et se

croient en sécurité alors qu'il y aurait quelque raison de prendre des

précautions.

 

Internet reprend et illustre à sa manière tous les paradoxes liés

à ce que l'on appelle la mondialisation dont nous avons sans doute eu

quelques manifestations il y a de cela quelques semaines et qui est ce dont

nous allons

probablement avoir à faire pendant une partie de ce siècle avec sa face

noire le risque de paranoïsation des rapports sociaux lié à un sentiment

général d'insécurité, lui-même êtant la conséquence d'un espoir insensé

celui

d'un rapport social qui serait sans risque notamment quant à la vérité ;

 

Il y a un côté franchement paradoxal dans ce média c'est qu'il tente de

concilier l'inconciliable et l'on s'aperçoit assez vite qu'il retrouve

les antagonismes qu'il cherche à fuir.

 

 

Ainsi le fait que la machine invite à rester chez soi permet d'éviter de

se trouver dans un lieu où l'on peut se faire agresser. Les transports

en commun par exemple. Être chez soi implique un sentiment de sécurité.

Mais si tôt la machine ouverte, ce sentiment risque de faire place à de

l'appréhension. Si vous ne pouvez pas vous faire voler votre

portefeuille, vous pouvez craindre, même si ce n'est pas très fréquent

dans la réalité que toute transaction commerciale se transforme pour

vous en cauchemar. Que votre numéro de carte bleue soit

utilisé à votre insu et votre compte en banque dévalisé par là même

occasion.

 

 

 

Plus généralement, vous pouvez en avoir marre de ne pas pouvoir sortir

de chez vous sans que vous soyez sollicité à dépenser votre argent,

d'être conduit à céder à la rencontre avec un vendeur ou une vendeuse,

mais sur internet de la même manière si vous n'y prenez pas garde, votre

boîte aux lettres va bientôt se retrouver dans le même état que votre

courrier habituel c’est-à-dire encombrée de messages publicitaires les

plus diverses.

 

Et puis, alors que vous pensez tranquillement pouvoir gérer votre temps

en toute sécurité les aléas du fonctionnement de la machine et votre

capacité ou non à en utiliser toutes les ficelles risquent également de

mettre vos nerfs à rude épreuve.

 

Comme vous le savez, internet au départ c'est un réseau mis en place

par les militaires américains pour parer une éventuelle interruption des

communications par une explosion nucléaire pendant la guerre froide.

Comme, ce qui inquiète le plus les militaires c'est de ne pas pouvoir

communiquer entre eux, ils ont imaginé la mise en place de ce réseau

dont la destruction ne pouvait avoir lieu, toute base étant susceptible

d'être remplacée par une autre. Ensuite ce sont les scientifiques qui

s'en sont emparés et enfin le grand public. On constate d'ailleurs que

des traces de ces époques sont repérables à certains niveaux du système.

 

 

 

Mais surtout ce mythe de l'internet comme celui du paradis sur terre est

évidemment largement contesté par l'apparition des virus des vrais et

des faux et c'est là-dessus que je voudrai que nous réfléchissions

ensemble un instant.

 

Si vous pensiez que l'homme en son essence est bon, ce n'est

certainement pas internet qui vous en fournira la meilleure des preuves.

Certes, vous y trouverez une communauté de gens qui font des choses

uniquement pour rendre service et ça, c'est tout de même assez

encourageant, qui seront prêts à vous dépanner et à vous faire partager

leur savoir pour vous sortir d'un mauvais pas et ce sans vous demander

rien en échange. Internet c'est aussi cela, le grand rassemblement de

ceux qui ont les réponses et attendent avec patience ou impatience qu'on

leur pose les

questions.

 

Mais internet c'est aussi la création des virus. Drôle de terme que ce

terme de virus alors que le terme américain de worm peut être traduit

par un vers ce qui n'a absolument pas la même connotation . Chez nous

cela implique presque nécessairement le lien avec le virus du sida cette

maladie qui est transmise dans le champ de la sexualité comme une

fatalité de ce qui accompagne l'abandon lié au désir sexuel et à la

volupté.

 

Certes internet est aussi un média qui véhicule du sexuel et peut-être

peut-on y voir un certain lien. Quoi qu’il en soit, des virus il y en a

des vrais mais ce qui n'est pas plus rassurant il y en a surtout des

faux.

 

Quand on pense aux vrais on se dit que l'homme a encore quelques progrès

à faire dans le domaine des rapports sociaux. En effet pas plus que

l'aide bénévole offerte par certains sur le réseau, la fabrication de

virus ne procure à celui qui le fabrique, au moins dans la plupart des

cas à peu près rien sinon la satisfaction d'avoir à soi tout

seul emmerdé un nombre considérable de gens et d'avoir toutes les

chances de rester anonyme et impuni. Encore que certains ont trouvé dans

la fabrication de virus le moyen de prouver leur savoir faire dans la

nuisance et de proposer aux entreprises de les protéger contre les

attaques des autres fabricants de virus.

 

C'est un racket aux normes du XXI e siècle. Quoi qu'il en soit cela a

des conséquences et être sur internet c'est aujourd'hui de plus en plus

avoir à se méfier des virus à s'en protéger donc à développer une

attitude de méfiance généralisée envers tous les messages que vous

recevez. Je dis bien tous les messages car parmi les pièges que recèlent

ce système des virus, le plus subtile est sans doute le dernier qui vous

fait l'auteur involontaire de sa diffusion puisque s'introduisant dans

votre machine il utilise votre carnet d'adresse pour envoyer le virus a

tous vos amis et ce sous couvert de votre signature. Tout à fait comme

le porteur d'un virus humain. C'est celui auquel on fait le plus

confiance qui est celui qui le premier vous trahit.

 

 

On peut assimiler ce type de virus à un canular, une blague pas très

drôle quand vous en êtes l'objet. Très vite vous allez vous rendre

compte que votre boîte aux lettres est ainsi l'objet de pétitions

diverses et de canulars qui sont susceptibles de vous faire perdre le

plus élémentaire bon sens.

 

J'ai fait la liste des différentes formes de canular et les ressorts sur

lesquels

ils s'appuient . Vous retrouverez d'ailleurs tout cela sur l'excellent site

hoaxbuster.com auquel je vous invite à vous réferer aussi souvent qu'il est

nécessaire.

 

- la peur : vous allez être infecté par un virus

- la générosité : grâce à vous nous allons pouvoir donner de l'argent a

une grande cause

 

- le gain : vous allez gagner vous-même de l'argent

 

- la superstition la chaîne du bonheur. Si vous ne transmettez pas ce

message vous allez plonger dans le malheur/le bonheur à l'inverse vous

attend si vous le faites

 

- la vertu : le pseudo scandale à dénoncer

 

- la lutte contre l'injustice et la pétition qui n'arrive jamais puisque

personne n'est jamais chargé de la transmettre

 

Lutter contre les rumeurs

 

Mais là ou les analystes ont sans doute le plus à dire, c'est

précisément dans ce registre de la vérité qui comme vous le savez sans

doute est celui sur lequel Lacan nous a le plus apporté, nous a le plus

conduit à réfléchir. Ce n'est pas un domaine nouveau, mais je crois que les

analystes ont

sur ce point bien des choses à dire. Car, a se situer du côté des

sociologues on voit bien les limites de leur approche.

 

Lorsque l'on examine la manière dont les sociologues établissent la

contradiction entre la vraisemblance du texte du hoax et sa vérité

probable ou improbable, ils le font au travers d'une lecture logique et

contradictoire visant les arguments exposés dans le message que vous avez

reçu et qui sont susceptibles d'avoir emporté votre conviction.

 

Vous savez peut-être que l'une des rumeurs à laquelle internet a donné

une très grande importance concerne l'attentat du 11 septembre.Le réseau

Voltaire,un

réseau connu essentiellement, pour sa dénonciation du fonctionnement

occulte du Front National, et qui par le fait même a acquis une certaine

crédibilité notamment dans les cercles de gauche, a laissé entendre que ce n

'est pas un avion

mais une bombe qui a explosé dans les locaux du Pentagone.

 

Je ne vais pas entrer dans les détails de l'argumentation développée à cette

occasion. Nous y reviendrons éventuellement au cours de la discussion. Quoi

qu'il en soit, un spécialiste des rumeurs et qui s'est clairement inscrit en

faux quant à la thèse défendue par le réseau Voltaire, explique que la

difficulté tient au fait que la thèse défendue par ce réseau est simple et s

'exprime en quelques mots alors que sa contradiction nécessite au contraire

de longs développements.

 

 

Penser demande donc un effort mais doit-on s'en tenir la ? par quel autre

moyen pourrions nous dissiper le doute qui, à ce moment nous envahit ? et

comment vivre si

nous devons sans cesse nous protéger ? en refermant sur nous le cercle des

amis sûrs ceux qui ne nous tromperont pas ? Chacun de nous a appris,parfois

à ses dépends combien cette solution peut s'avérer illusoire. Nous

connaissons tous le dicton « protégez-moi de mes amis, mes ennemis, je m'en

charge »

 

 

 

La certitude ne peut être le fait que du discours mystique ou de celui

de l'inconscient. Et il n'est pas tellement facile de séparer l'un de

l'autre.

 

Être trompé par l'autre c'est bien sur ce qui s'opère

dans le hoax envoyé soit de son plein gré soit à l'insu de son plein

gré par un ami ou une connaissance. Ainsi, l'autre est trompeur soit

parce qu'il est lui-même trompé et nous trompe en quelque sorte de bonne

foi soit parce qu'il veut nous tromper.

 

Le déprimé comme l'obsessionnel n'est-il pas celui qui se désespère de

ne recevoir jamais cette certitude ni de l'inconscient ni de Dieu ? le

paranoiaquelui au contraire est sur de son fait encore que dans les débuts,

il puisse douter

 

Qu'est-ce qui fait preuve dans tout cela ? Qu'est ce qui peut nous rendre

plus assurés. ?Le témoignage ? Il peut être mis en doute. Le raisonnement,

il peut être trompeur, l'image, elle peut être manipulée. Les médias, les

politiques n'en parlons pas. Le nombre

de ceux qui pensent comme moi ? mais ce nombre lui-même est sujet de

méfiance puisque tout tend à mettre en doute la parole la plus répandue.

 

Pour tenter de progresser dans cette réflexion, je vais prendre un autre

exemple.

 

Il y a quelque temps de cela, j'ai reçu d'une collègue argentine un

e-mail. Internet a ce côté miraculeux que les bouteilles à la mer sont

la capacité aujourd'hui de traverser 'atlantique en moins de temps

qu'il ne faut pour l'écrire à condition toutefois que l'on possède au

moins quelques bribes d'une langue qui n'est pas la sienne ;

 

Vous n'ignorez pas que l'Argentine a vécu pendant de longues années

sous le joug d'une dictature commanditée par l'autre pays des droits de

l'homme les États-Unis d'Amérique et qu'il en est résulté pour de

nombreuses familles de souffrir de cet état atroce qui est de ne rien

savoir de ce qu'il est advenu d'un père, d'un frère d'un ami emmené un

beau matin blafard dans une voiture entre deux inconnus et dont on n'a

depuis jamais plus entendu parler.

 

Cette collègue, donc me transmet ainsi qu'à différentes personnes un

message qu'elle a elle-même reçu quelques instants plutôt. Evidemment,

pour ma part je ne connais pas la personne de laquelle elle a elle-même reçu

ce

message, mais elle, je l'identifie et la situe

sans aucune difficulté comme étant une analyste ayant pignon sur rue en

Argentine et dont la bonne foi ne peut être mise en doute. Le message qui me

parvient est assurément

transmis par quelqu'un, et non par un inconnu et de ce fait j'y prête

une attention toute particulière. De même, cette collègue que

j'appellerai de son prénom Rosana, se devait de prêter attention au

message qu'elle avait elle-même reçu de quelqu'un qu'elle connaît.

 

Dans ce message, un certain Diego Olivares, se disait à la recherche de

son frère qui avait été enlevé durant la dictature. Il aurait entendu

dire que ce frère se trouverait quelque part en France. Il faisait appel

à toutes les bonnes volontés pour qu'on lance un appel à tous ceux qui

avaient un correspondant en France afin de tenter de savoir si l'un ou

l'autre n'aurait pas entendu quelque chose à ce sujet. Bien entendu,

Rosana s'est empressée de transmettre ce message .

 

Vous pensez bien que pour une analyste argentine, le thème des disparus

est de ceux qui remuent les tripes. Elle est donc particulièrement

sensible à son contenu . De plus grâce à son travail et à ses liens avec la

France, elle peut transmettre ce message et faire qu'il parvienne peut-être

grâce à elle à son destinataire. Et

si ce message était faux ?

 

La machine n'invite pas à réfléchir mais plutôt à agir tant cette action

est simple et rapide et élimine avec elle la tension un moment suscitée

par ce message angoissant. Un simple clic et voici le message de

détresse qui part aux antipodes.

 

 

Il se trouve que je reçois par l'intermédiaire d'odipe de nombreux

messages qui sont des faux et d'une certaine façon cela m'importe de ne pas

faire suivre ces derniers et pas seulement parce que cela encombrerait les

boîtes aux lettres de mes amis et correspondants.

 

Je renvoi donc à cette personne le message suivant :

« je suis très septique quant à l'authenticité de ce message; le fait

que des gens de bonne foi transmettent un message n'en garanti pas

l'authenticité. L'absence d'adresse postale me rend plus que méfiant »

 

 

Quelques jours plus tard je reçois de Rosana cette réponse :« J'ai

essayé de contacter le fameux Diego Olivares et pour le moment il est

introuvable, il a "disparu". Par ailleurs il y a de gens du réseau qui

m'ont envoyé des mails qui démontrent qu'ils ont pris le message au

sérieux et qui tentent de trouver son frère. Moi-même, j'ai parlé par

téléphone avec X, sa réponse m'a fait penser que le

message de Diego est faux. J'ai beaucoup de mal à écrire correctement le

français ce pourquoi je passe sur les détails.

J'apprécie l'intérêt que vous avez manifesté à propos de ce message,

probablement parce que cette réflexion porte bien au-delà de l'anecdote.

Je crois qu'elle touche un point très sensible des temps que nous

vivons, le discours dominant pousse a la méfiance de l'autre, de

l'Autre avec un grand A, ce qui est lourd de conséquences!. Même si par

ailleurs vous avez probablement raison depuis le début. cordialement,

Rosana »

 

 

Comme vous le voyez nous touchons-la

à a un tout autre problème. Celui de la confiance en l'autre et celui

de la confiance en l'Autre. Celui de la Vérité.

 

Confiance en l'autre, confiance bernée et qui cherche à se rétablir

grâce au réseau. À qui peut-on faire confiance ? comment faire dans ce

monde, si l'on ne peut un minimum être assuré de ce que l'autre, le

petit autre celui que l'on connaît que l'on fréquente avec lequel on a

une possible intimité celui-là peut nous tromper.

 

Lacan parle dans l'un de ses séminaires, je n'ai pas recherché lequel

mais sans doute l'un de ceux que j'ai moi-même pu entendre et donc l'un

des derniers qu'il a prononcés, de cet effondrement qui se produit chez

certains lorsque dans un couple ils s'aperçoivent que l'autre le trompe.

 

Cette inquiétude, pour ne pas dire davantage quant à la confiance

accordée à l'autre qui ne nous trompe pas, Rosana en convient, pose la

question d'une méfiance généralisée, d'une paranoisation des rapports

sociaux et de sa volonté malgré tout de croire cet autre qui peut nous

tromper.

 

Elle saisit bien aussi, à cette occasion, l'opportunité de faire le

saut de cet autre à l'Autre. Et si l'Autre nous trompe alors à quel

saint allons nous pouvoir nous vouer.

 

La pratique de l'analyse n'a t elle pas, de son côté, pour fonction, pour

visée

de faire surgir le petit bout de vérité qui ne trompe pas ; Voyez le livre

de mon ami Gérard Haddad dans le récit qu'il fait de son analyse avec

Lacan : « le jour ou Lacan m'a adopté » qui est paru ces jours-ci chez

Grasset (et que j'en suis sur notre ami libraire se fera un plaisir de

vous procurer) À plusieurs reprises il prête à Lacan d'être le support,

le renfort d'une forme de certitude quant à son désir, le sien, pas

celui de Lacan illustre ce qu'il en est de la fonction de vérité de l'

énonciation. Ce récit est me semble-t-il la plus évidente illustration de la

façon dont Lacan pouvait lui-même mettre en acte ce qu'il avait théorisé

quant à sa position vis-à-vis de l'interprétation

comme renvoi à l'énonciation comme étant « la vérité qui parle ». On

peut contester cette vison de Lacan on ne peut lui contester d'avoir

tenté de la soutenir tout au long de sa pratique.

 

Mais en quoi cela nous aide t il nous qui en l'occurrence ne disposons que d

'un énoncé sans énonciation. Mais précisément ne serait-il pas possible d'en

faire surgir une à condition de ne pas nous contenter de « faire passer »

de faire circuler le texte qui vient et va se répandre, en partie de notre

fait, dans les milliers d'ordinateurs répartis sur la planète.

 

 

.

 

Rosana m'adresse encore un message : le voici

« Je préfère me tromper, m'écrit elle en faisant passer un mail qui n'est

pas ce

qu'il prétend, que de me tromper en laissant en rade quelqu'un dont sa

situation soit difficile a entendre. De plus j'ai de la famille qui a

disparu pendant la dictature, souvent ces histoires sont douloureusement

incroyables mais vrais, bien à vous, Rosana »

 

Cette fois le message change du tout au tout, car c'est maintenant la parole

de Rosana qui prend le dessus, qui émerge désormais.

 

Voici ma réponse :

 

 

« Chère Rosana,

 

Je comprends tout à fait votre position, même

si je ne la partage pas. Car évidemment ce type de message, s'il est ce

que je crois, joue sur la réaction et les motivations que vous exposez.

Sans cet "indécidable" le message s'il est faux n'aurait que peu de

chances d'aboutir et d'être diffusé . Si vous avez effectivement

l'occasion de pouvoir vérifier l'authenticité ou l'inauthenticité de ce

message (en contactant directement cette personne

par exemple) merci de m'en informer. »

 

j'aurai pu ajouter : si ce message ne vous avait pas touché aussi

intimement vous n'auriez sans doute pas prêté une telle attention à son

énoncé et vous auriez été plus attentive à l'émergence possible d'une

énonciation.

 

 

 

Ce que Rosana protège, c'est du moins ce qu'elle écrit, et c'est donc ce

qui doit nous retenir, c'est tout simplement sa possibilité de vivre son

quotidien sans être prise dans un

discours paranoïaque qui risque de lui faire perdre non seulement tout

repère mais aussi tout sens à sa vie avec les autres. Mais cette réaction,

bien

compréhensible, lui fait momentanément abandonner sa lecture d'analyste

celle qui précisément aurait sans doute pu lui permettre de se repérer

différemment tout en ne se condamnant pas à demeurer silencieuse figée

dans le désarroi de l'impossible à agir lié à l'impossible à savoir. Au

lieu de transmettre a d'autre, de renvoyer le paquet de faire suivre il

lui fallait faire l'effort de tenter avant toute chose de tenter de renvoyer

ce messag à son expéditeur supposé, et non de se contenter de « faire

suivre ».

 

 

 

 Vous connaissez sans doute l'histoire de cet homme qui vivait en Suisse

et qui a écrit un livre ou il racontait sa vie dans un camp durant la

dernière guerre mondiale. Son nom est benjamin Wilkomirski et son livre

s'intitule « Fragments une enfance 1939-1948 l'éditeur en est

Calmann-Levy

 

Ce récit, tout à fait poignant, ce témoignage avait retenu l'attention

des plus hautes autorités littéraires et religieuses au sein de la

communauté juive ainsi qu'en Israël et le livre avait reçu une haute

distinction par des instances bien placées pour être fondée à le faire.

Or ce livre, écrit sans aucun esprit de malveillance s'est révélé être,

non pas un faux mais plutôt un récit imaginaire ; l'homme qui a écrit ce

supposé témoignage n'avait jamais été dans un camp.

 

Cependant, et bien qu'à l'origine de cet écrit on ne puisse trouver

aucune intention malveillante et qu'il n'ait été produit avec une telle

effet de vérité que par le fait d'une identification à des gens qu'il

n'avait connu que par les témoignages de l'histoire, ce texte a

évidemment été exploité par les négationniste qui y ont trouvé une

aubaine plus bénie que celle dont ils auraient pu rêver dans leurs

espoirs les plus fous. Voici un homme dont le témoignage est validé par

les plus hautes autorités en Israël et au sein de la communauté juive,

un témoignage qui décrit quelque chose de la vie des camps et il s'avère

que ce témoignage est un faux. C'est donc que tous les témoignages

recueillis auprès des rescapés peuvent être tenu dans la même suspicion !.

 

 

Le geste de Rosana, peut vous sembler, comme sans doute cela lui est apparu

à elle-même comme étant de peu de conséquence, sans commune mesure avec ce

qui a pu résulter de la démarche de validation du « récit » de Wilkomirski,

démarche qui, elle aussi, aurait dû susciter une écoute différente, être

entendue comme un appel. Cependant, sachant le nombre de fois ou le geste de

Rosana est chaque jour répété on peut au contraire considérer qu'il est

extrêmement important dans ses conséquences comme dans ses attendus.

 

Je pense que nous devrons dans le présent et dans l'avenir,. Nous devons

être extrêmement vigilants et ne pas nous contenter d'approximation lorsque

nous sommes confrontés à ces situations ou une confusion peut se faire jour

entre fiction et vérité, entre virtuel et réel .Cela n'est pas anecdotique

,il en va de la responsabilité de chacun de savoir se repérer dans ce monde

ou une certaine forme de confusion s'installe, une certaine irresponsabilité

aussi.

Je pense qu'il y a là, en tout cas pour un analyste, un certain nombre de

questions

importantes . C'est, pour ma part, ce que je m'efforce de faire et j'espère

que nous

allons pouvoir en débattre ensemble dès maintenant.

 

Je vous remercie