l'Avenir

l'avenir

Autres critiques de l'auteur

Les chèvres de ma mère

les chevres de ma mere

Les chèvres de ma mère documentaire réalisé par Sophie Audier Pour réaliser un documentaire il faut d’abord obtenir quelques subventions...

Lire la suite

"Jeune et Jolie" de François Ozon

jeune et jolie

« Jeune et jolie » de François Ozon Se promener dans Paris en cette fin d’été, c’est découvrir au coin d’une rue le regard d’isabelle/léa allongée nue sur un lit. Un homme dont on ne voit pas le visage, mais seulement le dos, s’approche d’elle. À l’instar de...

Lire la suite

Interview de Juan David Nasio au sujet de l'exposition au Grand Palais du peintre Felix Vallotton

Nasio-Vallotton

Double cliquez sur la vidéo ou bien cliquez sur la flèche (4ème bouton) pour passer en plein écran

Lire la suite

Pages

L’avenir

 

Pour comprendre le sens de ce film, il ne faut surtout pas manquer le prologue. À lui seul il donne au film toute son épaisseur et aussi sa gravité même si ce qui arrive à ce couple n’a rien que de très banal, en particulier aujourd’hui où les couples se font et se défont sans provoquer d’émotions particulières sauf auprès des principaux protagonistes. La banalité en effet n’empêche pas la douleur.

Le prologue donc nous montre un couple en promenade avec leurs deux enfants. Le but de cette promenade c’est une tombe, celle de Chateaubriand à Saint-Malo, qui ne peut être atteinte qu’à marée basse c’est-à-dire durant quelques heures seulement. Les enfants d’ailleurs ne sont pas sans le rappeler à leurs parents. Ils ne veulent pas passer la nuit là alors on se hâte ! ils craignent que l’accès se referme et que le retour soit soudain impossible. Mais le père lui s’attarde auprès de cette tombe. L’avenir, titre du film, s’ouvre donc sur l’aboutissement de toute vie : sa fin et sur les réflexions qu’il entraîne chez deux adultes au milieu dépassé de leur vie et précisément sur le temps qui passe, sur l’avenir dont le temps semble se rétrécir et où tout retour en arrière, tout recommencement sera bientôt impossible s’il ne l‘est pas déjà. Il y a là quelque chose comme un questionnement sur un sursaut improbable contre l’inéluctable avec ses solutions en forme de mirage.

 

C’est quelques années plus tard que l’on retrouve donc ce couple installé dans ses habitudes, un certain confort matériel, le partage d’une profession commune d’enseignant de philosophie qui amène entre eux des échanges que le temps passé ensemble a rendus plus convenus. Chacun sait l’autre dans ses positions, son approche, ses références. La bibliothèque est commune, riche d’ouvrages mis ensemble et la rupture, décidée, semble-t-il, par le mari va entraîner chacun vers un avenir différent.

 

Malgré une certaine tendresse exprimée par la fille c’est au point de vue de la femme, Isabelle Hupert, que le film s’attache. C’est un peu dommage. Comme si cette décision de séparation le rendait lui obligatoirement un peu coupable et s’il ne s’en tire pas trop bien, comme le montre le film, c’est aussi parce que du côté de la famille isabelle Hupert s’appuie sur la tendance séculaire qui veut que ce soit de son côté que les enfants se sentent plus à l’aise.

 

Pourtant pour elle, les choses se compliquent et ce qu’elle a construit paraît lui filer entre les doigts. Si elle garde une certaine nostalgie de ses engagements passés, qu’elle lit toujours « libé » et enseigne à ses élèves de penser par eux-mêmes elle ne comprend pas vraiment leur révolte et surtout ce qui lui sert de prétexte les acquis sociaux de la retraite comme si cela pouvait constituer à 18 ans une préoccupation qui soit à mettre en balance avec son enseignement sur la liberté de penser. Pour elle, cela ne fait pas le poids. Elle fera donc cours contre le blocus. Et si sa collection d’ouvrages d’enseignement de la philosophie doit être arrêtée faute de lecteurs et parce qu’elle ne veut pas la mettre au goût du jour tant pis. Elle est résignée, mais sans concessions. Il lui reste pour un temps ses rêveries révolutionnaires et son amour pour un jeune homme, idéal dont elle finira aussi par percevoir l’impasse. Élever les chèvres en Ardèche et parler jusqu’au petit matin de révolution tout en fumant des joints, ce n’est plus de son âge. Elle, elle doit penser à sa mère qui n’en finit pas de finir et l’envahit de son angoisse de la vieillesse, de la décrépitude, de la dislocation du corps qui la désespère, le miroir ne lui renvoyant plus qu’une image où elle ne reconnaît plus la femme belle et séduisante qu’elle fut dans le passé.

Dans ce film où tous les acteurs sont justes, ou Isabelle Hupert est à son sommet, mais aussi tous les autres et notamment André Marcon, il flotte un parfum de nostalgie, mais aussi d’espoir. L’avenir n’est pas noir, juste un peu entaché des restes du passé.

Laurent Le Vaguerèse

Comments (2)

Vu récemment, j'ai plutôt apprécié car j'aime beaucoup Huppert, le film est agréable sur le plan esthétique, même assez comique par moment, etc. L'argument insiste sur des choses assez conventionnelles, et je me suis demandé si l'auteure du film l'a voulu ainsi pour dépeindre sa vision des choses ou si elle l'a fait par sens de l'humour (jeu avec les clichés) : Mia Hansen-Love dépeint donc une scène qui reprend un thème classique (ou conforme aux statistiques sociologiques plus qu'au vécus singuliers), où c'est nécessairement l'homme qui serait infidèle, désirerait autre chose et s'en irait, et où la femme resterait (gardienne du temple familial), semblant renoncer à son désir de femme (amoureuse, etc...), se laissant envahir de questions familiales + ou - heureuses. On voit en effet cette femme, Nathalie, s'occuper non seulement de ses élèves, mais aussi sa mère vieillissante comme des petits-enfants. La vie matérielle, les objets, ont aussi un existence assez forte dans le film, offrant de petits inserts domestiques assez drôles. Autre chose exposée dans ce film ( par dérision ou vrai conviction de MHL, comment savoir ?) : l'idée que les personnes dont le rôle social et l'investissement se situent plutôt du côté intellectuel (professeur/philosophie etc...) aurait une vie charnelle, sensuelle (génitale) moins importante, comme une mise entre parenthèse du corps. Le personnage central est en tout cas montré ainsi, sauf à penser que cet entre-deux qu'elle est en train de vivre va ouvrir à autre chose ensuite... Un homme l'aborde dans un cinéma, lui manifeste - certes, sans doute trop brusquement - son désir (mise en abîme de la séance de cinéma comme lieu du fantasme et du désir), mais elle "n'a pas envie". Peut-être est-ce trop tôt pour elle, de s'envisager à nouveau femme (et non plus seulement mère ou professeur) ? Du reste, elle dit à son ex-ancien élève - dont elle est amoureuse, sans pourtant en dire un mot - qu'elle est enfin libre car plus de mari, plus d'enfant ni de mère. La chatte noire Pandora est un personnage à part entière, incarnant à la fois le passé - elle appartenait à la mère de Nathalie (I.Huppert)- et un possible avenir puisque l'animal part gambader dans la campagne, au grand dam de sa nouvelle maîtresse (Huppert), liberté que celle-ci semble s'interdire. A noter que Pandora est un personnage mythologique, incarnant la première femme "ornée de tous les dons",donc de tous les possibles..Le film est donc plus globalement un agréable moment de questionnement sur la question dite "féminine".

Portrait de Le Vaguerèse Laurent

rappelons quand même que statistiquement ce sont les femmes qui majoritairement demandent le divorce et non les hommes, ce qui en dit long sur l'évolution des moeurs et leur incidence sur la vie des couples...

Pages