Vous pouvez voter dès à présent pour élire le livre prix Œdipe 2019. Si vous êtes avez déjà un compte sur le site Œdipe, cliquez sur ce lien. Sinon, créez tout d'abord un compte.

ces sombres messagers de la nuit

Les cauchemars

Ces sombres messagers de la nuit

Martine Menès, Paris, Ed. Erès

 

Martine Ménès introduit son ouvrage avec cette phrase de Shakespeare, extraite de La tempête : " Nous sommes l'étoffe dont sont faits les rêves". Tout est dit.

Elle reprend progressivement de manière très didactique, son expérience avec les rêves de ses patients, comme à propos de rêves célèbres, expérience dont elle n'est pas avare.

Puis les cauchemars sont différenciés comme une formation à part. Elle reprend le travail de Freud dans l'interprétation des rêves, acte de naissance de la psychanalyse, puis celui de Lacan qu'elle met en perspective. Ainsi, avec le cauchemar, passe-t-on du rêve à la rencontre avec le Réel, concept lacanien qu'elle met en situation. Le cauchemar devient une effraction du Réel. Une attention particulière est portée aux cauchemars des enfants, fréquents, souvent répétitifs, où ceux-ci rencontrent le trauma des limites.

Enfin, il s'agit dans cet ouvrage, de tout ce que cet Autre en nous, l'inconscient qui parle, souvent vécu comme extime, peut nous apporter comme lumière afin de nous comprendre et mieux nous connaitre. Cette étude sur les rêves, puis sur les cauchemars, les rêves d'angoisse, avec leur composante post-traumatique est clairement illustrée par quelques vignettes cliniques.

Cet ouvrage où la poésie est omniprésente, est un intéressant  complément à l'enseignement de la Traumdeutung freudienne dont la densité parfois rebute à la première lecture et qu'il faut toujours lire et relire sans cesse pour en redécouvrir la substantifique moelle.

Très pédagogique, méticuleuse, précise, Martine Ménès conduit son lecteur vers une expérience de sa pratique, pluridisciplinaire, notamment d'analyste, de psychothérapeute en placement familial, puis en CMPP qui enrichira chacun, cliniciens de l'enfance, analystes et rêveurs.

 

P.-G. Despierre