Dates:
Samedi, mars 30, 2019 - 09:00 - 18:00

Adresse

19, Bd Montmartre
75002 PARIS
France
Adresse du site Web: Organisateur(s) du congrès:
QUATRIEME GROUPE (Organisation psychanalytique de langue française)
email: contact:

Secrétariat : quatrieme-groupe@orange.fr

DÉCRIRE

Comme les précédentes, la 6ème Journée d’Etude d’Annecy se situe là où se croisent psychanalyse et littérature. Le thème retenu cette année se condense dans ce verbe, « décrire », dont nous envisagerons de déplier quelques-unes des nombreuses dimensions qu’il contient.
En effet, la description est une opération sans laquelle il ne peut y avoir de clinique. Mais, aussitôt, s’agissant d’une clinique psychanalytique, se posent certaines questions : comment décrire ce qui ne se voit pas et seulement s’entend ? Ou ce qui s’entend dans ce qui se voit ? Comment « décrire » quand c’est toute la psyché de l’analyste qui s’affecte de ce qu’elle observe ? Les objets psychanalytiques ont en outre tendance à se dérober et, on le sait, à résister, inconscients qu’ils sont, à leur appréhension. Quand bien même aurait-on le sentiment d’avoir fidèlement décrit l’un d’eux, n’y a-t-il pas un reste, quelque chose qui dans l’opération se perd, une part de vérité qui ne se laisse pas saisir ? Décrire ne peut donc qu’être partiel, voire partial, et, même, masquer ce que l’opération prétend révéler. Car il est question de la vérité : est-elle seulement descriptible ? Si oui, comment ? Ou encore : comment faire entendre, en partie, allusivement, ce que l’on croit en avoir saisi ?
En littérature, on sait que décrire est loin d’être anodin, accessoire, de ne concerner qu’un décor passif ou neutre La description d’un paysage, du temps qu’il fait, d’objets banals ou particuliers devient celle de fragments de vérité des personnages, de l’action. A l’adresse d’un lecteur, elle contribuera à la lisibilité d’une histoire, à sa signification et à son style propre. D’où l’intérêt que l’analyste à l’instar de l’écrivain portera électivement aux aspects parfois les plus anodins du discours de l’analysant, qui se loge dans les moindres descriptions qu’il lui livre.
Entre la recherche de la vérité du sujet, de sa vie psychique, et la recherche de la saisie romanesque ou poétique d’une réalité tant interne qu’externe, nous tenterons de frayer un passage, provisoire, incertain, nécessaire.