Comment devient-on psychanalyste

Autres articles de l'auteur

Mai 1968 : Et les psychanalystes dans tout ça ?

De Gaulle en Patron de médecine

Mai 1968 : Et les psychanalystes dans tout ça ? Le cinquantenaire de Mai 1968 dont tous...

Lire la suite

Prix oedipe des Libraires : Penser l'avenir

Tout le monde ou presque s’accorde à dire que le « Prix Oedipe des Libraires » est utile à plusieurs titres. Il est indépendant et les auteurs y accordent un grand intérêt lorsqu’ils publient un ouvrage fruit de leur travail. Une lecture sans concession est sans conteste...

Lire la suite

Edito et premiers commentaires 

Elsa Cayat

Le rendez-vous cet après-midi va semble-t-il nous confronter à différents paradoxes. L'...

Lire la suite

Pages

Comment devient-on psychanalyste ? Pour tout autre métier, ou du moins pour la plupart d’entre eux, cette question appelle une réponse simple. S’agissant de la psychanalyse, les choses sont un peu plus compliquées. En fait, il y a deux questions en une seule qu’il s’agit de séparer pour pouvoir s’y retrouver.

La première consiste à se demander quel est le parcours suivi aujourd’hui par ceux qui sont devenus psychanalystes. On peut y répondre en décrivant le parcours suivi par la plupart d’entre eux. Deux cas se présentent. Dans le premier, celui qui souhaite devenir psychanalyste s’y prépare depuis longtemps et envisage d’en faire son métier. S’étant interrogé sur les formations les plus à même de faciliter son insertion professionnelle il choisira bien souvent soit une formation en psychologie dans une université dont il sait que l’enseignement de la théorie psychanalytique est la référence principale, soit une formation médicale suivie éventuellement d’une spécialisation en psychiatrie. Rien d’obligatoire pourtant et, il pourra préférer une formation dans toute autre discipline de son choix, des sciences dites humaines aux mathématiques. Rien ne s’y oppose. On doit cependant savoir que la très grande majorité des lieux de soin exigent un cursus universitaire soit en psychologie, soit en médecine et psychiatrie.

Dans un second cas, il s’agit d’une bifurcation après un premier parcours professionnel. Ayant eu recours à la psychanalyse pour des raisons diverses, cette rencontre amène la personne concernée à modifier son orientation professionnelle et à devenir lui-même psychanalyste.

Cette présentation schématique n’est pourtant pas tout à fait satisfaisante car dans les deux cas, c’est bien le travail analytique qui fait partie de toute formation à la pratique de la psychanalyse qui sera déterminante. On ne devient pas psychanalyste par hasard, on ne choisit pas d’être psychanalyste seulement pour faire un beau métier. Que l’on en décide à l’adolescence ou à un âge avancé, c’est le travail analytique et ce qui s’y passera ou ne s’y passera pas qui déterminera la suite du parcours.

La psychanalyse ne suffit pas à former le psychanalyste. Celui-ci se forme parallèlement de diverses manières pour entrer dans un processus de transmission avec les autres psychanalystes présents et passés, processus qui ne cesse jamais, tant l’échange entre collègues, la réflexion, la lecture, la participation à des séminaires et à des congrès fait partie du quotidien des analystes jeunes ou vieux.

Le contrôle ou supervision : L’un des processus reconnu depuis longtemps par la communauté psychanalytique est le controle ou supervision. Sans entrer dans des détails qui font la complexité du travail de contrôle et sur lesquels on aura tout intérêt à se documenter en consultant les textes consacrés à cette question, on peut dire que le contrôle est avant tout un processus de transmission mais aussi de questionnement commun entre deux analystes l’un étant le plus souvent plus expérimenté que l’autre, ce qui ne lui donne pas pour autant la place d’un maître qui distille sa science.

Les associations psychanalytiques : La psychanalyse freudienne s’est fracturée en de nombreux courants de par le monde et peut-on dire dès sa création. En France deux courants principaux impriment au paysage national sa spécificité. Un courant « orthodoxe » rattaché à l’International Psycho-analytic Association (IPA) dont le représentant le plus important en nombre et en ancienneté est la Société Psychanalytique de Paris et son Institut et un courant Lacanien qui s’est lui-même divisé en de nombreux groupes et sous groupes. Certaines associations lacaniennes regroupent quelques psychanalystes en une communauté de travail et d’autres plusieurs centaines de membres et ont des liens avec d’autres associations à travers le monde. On trouvera le détail de ces associations à la rubrique « les associations ». On y trouvera également les spécificités concernant la formation de chaque association qui sont le plus souvent indiquées sur les sites web de l’association.

La description que nous venons de faire ne répond, comme nous l’indiquions en introduction qu’à un seul aspect des choses, important sur le plan pratique certes, mais insuffisant sur le fond pour répondre à la question : qu’est-ce qu’un psychanalyste ?. De nombreuses réponses ont été proposées au fil du temps (la psychanalyse est maintenant plus que centenaire !) Quelqu’un à même de supporter le processus de transfert sans aucun doute, mais bien d’autres éléments peuvent être apportés en réponse à cette question. Certains diront que la psychanalyse n’est pas un métier, que l’on n’est pas psychanalyste dans le quotidien et en tout cas qu’on n’est jamais assuré de l’être avec tous ses patients ni à tout moment avec eux. Lacan, en proposant le processus de la passe, processus qui fait encore aujourd’hui débat au sein de la communauté lacanienne a voulu d’abord essayer d’étudier ce qui se passe à la fin d’une psychanalyse et qui conduit parfois celui qui est sur le divan à devenir lui-même analyste ; Il a dit aussi que cela a constitué en fait un échec. Ce n’est pas l’avis de tout le monde et beaucoup continuent à s’interroger sur cette question et à y réfléchir preuve, s’il en était besoin, de la complexité de la question.

Bibliographie succincte :

"Etat des lieux de la psychanalyse" Serge Leclaire et l’A.P.U.I Bibliothèque Albin Michel des idées. Paris 1991.

"Les formations de psychanalyste" Annie Tardits Erès, 2000

"Comment peut-on être psychanalyste ?" Gérard Bonnet

"La Psychanalyse" C.Azouri 1992 marabout Flash (épuisé) à voir en bibliothèque

"Une psychanalyse, pour quoi faire ?" Jean-Jacques Moscovitz Philippe Grancher

« Devenir psychanalyste » Revue Française de Psychanalyse 1992 vol 56 n° 2

Revue : La cause Freudienne N° 52 : « La formation entre guillemet des analystes. »

Revue Essaim Numéro 11 : "Formation des analystes, Transmission de la psychanalyse" Érès

"devenir psychanalyste", les formations de l'inconscient. paru chez Denoël collection l'espace analytique par un collectif (A costelcade, Garate-martinez, D. Lachaud, C. Trono).

"Devenir psychanalyste... et le rester" Serge André Que éditions

"Jacques Lacan et la question de la formation des analystes" par Moustapha Safouan. Seuil/psychanalyse.

À voir également : sur le site http://www.lesmetiers.net mot clé psychanalyste