Le passé tragique de l'Ukraine

Le passé tragique de l'Ukraine

Autres articles de l'auteur

Féminisme et maternisme, bioéthique et bio-pouvoir, nom-du-père et patronyme

Féminisme et maternisme, bioéthique et bio-pouvoir, nom-du-père et patronyme Je ne sais si la naissance d'un nouveau millénaire y est pour quelque chose, mais j'ai le curieux sentiment que notre société est en train de prendre un virage qui ne me plaît guère et...

Lire la suite

Pages

Le passé tragique de l'Ukraine


L’Ukraine concentre nos regards inquiets. Ce pays n’en est pas à ses premières souffrances loin de là, et ce que l’on peut encore aujourd’hui – pour combien de temps ? -  appeler la « dernière guerre mondiale »  a vu passer bon nombre d’atrocités dont la mémoire a été recouverte durant un demi-siècle  par la glaciation soviétique.

On appelle cela la Shoah par balles et elle a concerné un quart des morts issus de cette extermination des juifs soit « environ » un million et demi de personnes, enfants, hommes femmes.
Des commandos d’assassins nazis, assistés par des policiers ukrainiens ou des mercenaires  faisaient le tri dans chaque village, embauchaient des enfants pour creuser des fosses et rabattre la terre sur les corps d’autres ukrainiens dont certains vivaient encore. Un prêtre a exploré ce passé qui ne passe pas. Une interview vidéo de ce prêtre est sur youtube. Il est sans aucun doute important de la regarder car cette histoire tragique c’est aussi celle de ce pays.
 
Jo Benchetrit nous écrit :
 
« Comment ces enfants ont-ils pu ensuite vivre et donner la vie, éduquer leurs enfants après ça? Qu’est-ce qui a été transmis à leurs propres descendance de cette violence inouïe, de cette jouissance de toute-puissance? : https://www.ktotv.com/video/00037034/la-shoah-par-balles 
Enfants à jamais marqués par cette horreur inimaginable aujourd'hui et qui témoignent. "ils n'étaient pas tous morts quand on les enterrait ». Les enfants juifs étaient tous vivants dans les fosses car les petits n'étaient pas fusillés donc mouraient étouffés. "Des mains essayaient de s'accrocher."
 
Chaque village d'Ukraine a tué. Doit-on occulter cette partie de l’histoire quand on parle de l’Ukraine? Bien sûr, son président est juif et ses appels désespérés au secours qui ne vient pas sont à mon avis la résurgence d'autres appels restés vains, comme ceux de sa famille, dont ses 3 grands oncles tués alors.
Son grand père a transmis la douleur ambiguë du seul survivant. »
 
Laurent Le Vaguerèse