Merci !

Autres articles de l'auteur

J-P Le Brun et J-L Renchon: "Où va la famille" Par L Le Vaguerèse

famille

Jean-Pierre Lebrun et  Jean-Louis Renchon « Où va la famille? » Droit et Psychanalyse     Ce n’est pas la première fois ni sans doute la dernière que la psychanalyse confronte ses réflexions avec celles issues d’une autre discipline ici le...

Lire la suite

Édito : "Une tragédie"

Une tragédie

À propos d’une tragédie, quelques mots.   Je suis habituellement assez peu concerné par ce qu’il faut bien appeler un fait divers. Au décours d’une vie, il n’est pas rare d’entendre parler de tel ou tel évènement qui affecte tragiquement, un...

Lire la suite

Édito : « La psychanalyse ? Il y a d’autres approches possibles vous savez, ce n’est pas la seule »

« La psychanalyse ? Il y a d’autres approches possibles vous savez, ce n’est pas la seule »   Parfois, la redite par des interlocuteurs différents, à peu près dans les mêmes termes, d’une question ou en l’occurrence d’une affirmation, conduit à s’interroger....

Lire la suite

Pages

Merci !

À tous ceux et à toutes celles qui ont signé l’appel que j’ai lancé sur le site Œdipe le 10 mars. En trois semaines il a recueilli plus de 2700 signatures individuelles et le soutien de plus de 40 associations de psychiatres, de psychologues, de psychanalystes, de psychothérapeutes, d’enseignants de l’Université et de collectifs d’étudiants contre le projet de décret relatif à l’article 52 . Nul doute que l’écho de ces signatures n’ait résonné dans couloirs du ministère. Cet appel a aussi eu pour effet de faire comprendre à toutes les professions en charge de la souffrance psychique et de la maladie mentale que la politique du gouvernement nécessitait une réponse unitaire dépassant les intérêts corporatistes. Des rencontres, des échanges ont eu lieu qui ont rompu le mur d’une méconnaissance mutuelle. La politique prônée par ce gouvernement au bord de la faillite vise à faire de chacun de nous des distributeurs de médicaments, des contempteurs de la pensée unique et des analphabètes de la réflexion. Chacun a compris qu’il fallait d’urgence y mettre un terme. À mes yeux l’article 52 et son décret d’application ne sont que l’un des aspects de cette politique qui concerne chaque citoyen dans son rapport à l’intime.

Une nouvelle rédaction du décret nous est proposée. Pour en débattre et entendre la position de chacun à ce sujet un rendez-vous est pris le 29 avril à 14h à la CMME, 100 rue de la Santé 75014.